Paroles rapportées (2)

Publié le par N. J.

Comment sont rapportées les pensées du personnage ? Pourquoi Maupassant a-t-il fait ce choix ?

Lorsque son frère Jean hérite d’un ami de la famille, Pierre se met à penser que le défunt était peut-être l’amant de sa mère et que Jean est son fils.

Pierre avait ouvert les yeux et regardait, surpris d’être là, réveillé de son cauchemar.

« Je suis fou, pensa-t-il, je soupçonne ma mère. » Et un flot d’amour et d’attendrissement, de repentir, de prière et de désolation noya son cœur. Sa mère ! La connaissant comme il la connaissait, comment avait-il pu la suspecter ? Est-ce que l’âme, est-ce que la vie de cette femme simple, chaste et loyale, n’étaient pas plus claires que l’eau ? Quand on l’avait vue et connue, comment ne pas la juger insoupçonnable ? Et c’était lui, le fils, qui avait douté d’elle ! Oh ! s’il avait pu la prendre en ses bras en ce moment, comme il l’eût embrassée, caressée, comme il se fût agenouillé pour demander grâce !

Guy de MAUPASSANT, Pierre et Jean, chapitre 4, 1887.

Commenter cet article